agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

camoes Portails : www - étudiants - personnels camoes

Vous êtes ici : fr > Activités > Activités 2011 > Gonçalo M.Tavares aux Assises Internationales du Roman

Gonçalo M.Tavares aux Assises Internationales du Roman

 

L'Institut Camões vous propose de rencontrer l'écrivain Gonçalo M. Tavares à l'occasion des Assises Internationales du roman. La rencontre se déroulera en deux temps, tout d'abord à la librairie du tramway à 12h30 puis aux Subsistances à 19h00.
o_bairro.jpg

LECTURE

Gonçalo M. tavares lit "O Bairro" et "Apprendre à prier à l'ère de la technique" (publié chez Viviane Hamy)

Jeudi 26 Mai à 12h30 à la "Librairie du Tramway" - Lyon 3ème

Avec : Gonçalo M. Tavares

Entrée libre dans la limite des places disponibles
92-104, rue Moncey, 69003 Lyon
tél: 04 78 14 52 27

TABLE RONDE

Comment traiter l'animal qui est en nous ?

Jeudi 26 Mai à 19h00

Avec : Gonçalo M. Tavares

Débat animé par : Alexandre Lacroix

Débat proposé par Philosophie Magazine

« Comment faut-il traiter l'animal que nous sommes ? Pendant des siècles, la tradition nous a enseigné qu'il fallait le contenir et le réprimer sévèrement. C'est en s'infligeant un violent dressage à elle-même que notre espèce serait sortie de la nuit des bêtes - en bâtissant sa grandeur sur ses refoulements, à la manière de Lenz Buchmann, le cruel chirurgien héros du dernier roman de Gonçalo M. Tavares, Apprendre à prier à l'ère de la technique. Mais n'est-il pas temps d'envisager autrement notre dimension animale ? Comme le montrent les travaux de l'éthologue et primatologue hollandais Frans de Waal, notamment sur l'empathie, il est possible que nos conduites les plus morales proviennent tout autant de notre fond animal que nos instincts de prédation et notre égoïsme. D'ailleurs, faire la paix avec l'animal que nous sommes, n'est-ce pas aussi l'occasion d'entretenir un meilleur rapport avec autrui ? En réfléchissant à la condition faite aux femmes ou à l'antisémitisme, la philosophe française Élisabeth de Fontenay a repéré et dénoncé un mécanisme fréquent : celui par lequel certaines catégories de la population se sont vues exclues de l'humanité, ravalées au rang de bêtes, avant qu'on leur réserve les traitements les plus brutaux qui soient. Dès lors, il y a une urgence morale et même politique à changer d'attitude vis-à-vis de l'animal qui est en nous : la manière dont nous envisageons notre rapport à l'autre en sera transformée. »
Alexandre Lacroix

http://air.villagillet.net/what/search?person_id=332


mise à jour le 13 décembre 2011


Université Lumière Lyon 2