agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

camoes Portails : www - étudiants - personnels camoes

Vous êtes ici : fr > Activités > Activités 2008 > Le Portugal au Festival des Reflets

Le Portugal au Festival des Reflets

 

Les Reflets du cinéma ibérique et latino-américain édition 2009

Deux films autour du Portugal

Ce cher mois d'août
Titre original : Aquele querido mês de Agosto

Prod. Fr-Pt (2008), réalisé par Miguel Gomes

Aquele querido mês de Agosto Seul film portugais sélectionné pour la quinzaine des réalisateurs lors de la dernière édition du festival de Cannes, Ce cher mois d'août aurait dû être l'histoire d'un petit groupe de musique populaire familial qui de village en village anime les bals où se croisent entre fêtes, bières et jeux les Portugais restés au pays et les émigrés qui reviennent. Mais l'histoire s'arrête car le réalisateur et l'équipe technique font irruption et se mélangent aux quelques acteurs professionnels.
Le mois d'août, mois où le Portugal accueille la majorité de ses émigrés ainsi que leurs enfants est un mois fort attendu par la communauté portugaise résidant à l'étranger, c'est un mois symbolique de retour aux racines et c'est cette période de retour caractérisée par une ambiance de fête qui nous est ici décrite. « Mon cher mois d'août, je rêve de toi toute l'année, on peut voir des sourires sur mon visage parce que, mon cher mois d'août, je sais que je vais revenir » comme dit l'une des chansons du film.
Ce cher mois d'août est le second long métrage de Miguel Gomes. Documentaire ? Fiction ? À un mois du tournage, le budget du film a fortement été réduit. Le réalisateur a donc dû rebondir et remédier au manque d'acteurs, ce qui a finalement donné au film sa valeur, son authenticité et son originalité. Miguel Gomes a donc recréé son film avec beaucoup d'humour en s'inspirant des rebondissements-mêmes du tournage.

Fados de Carlos Saura Prod. ibérique (2008) consacrée au fado.

Fados Style musical mélancolique, le Fado qui veut dire « destinée » en latin est un symbole du Portugal. Largement diffusé dans le monde entier par l'incontournable Amália Rodrigues, il est aujourd'hui chanté par une nouvelle génération qui le fait également voyager. Apparu à Lisbonne dans le quartier lisboète mal famé de Alfama, le Fado est l'expression de l'âme portugaise. Il est cependant difficile de connaître ses origines car depuis la naissance du pays, le Portugal et plus particulièrement Lisbonne sont un croisement de cultures. D'où viendrait-il ? Des chants des Maures ? Du lundum des esclaves noirs ? Des troubadours ? Les hypothèses sont nombreuses et c'est probablement pour cette raison que le film de Carlos Saura a choisi de mettre Fado au pluriel. Fados? comme si, cet art populaire intime et urbain appartenait finalement à toutes les cultures lusophones.
Après Flamenco (1995) et Tango (1998), Carlos Saura clôt sa trilogie des chansons urbaines. Fados a volontairement été tourné en dehors de Lisbonne et réunit des fadistes reconnus tels que Carlos do Carmo, Mariza, Argentina Santos, Camané, Carminho qui s'entrelacent avec les voix des brésiliens Toni Garrido, Caetano Veloso et Chico Buarque, les cap-verdiens Cesária Évora et Lura, la mexicaine Lila Downs, le flamenquiste Miguel Poveda ainsi que les rappeurs NBC e SP&Wilson, Brigada Vitor Jara, et Catarina Moura. Une rencontre qui met en avant les racines afro-brésiliennes de ce chant, un style qui s'adapte, qui voyage et qui vit grâce à son expression populaire.

fados_9-2.jpg



mise à jour le 22 juillet 2009


Université Lumière Lyon 2